Kotinos Ghost

... ou les fragments d'Oneiros Thanatos

"Je crois à s'arracher le coeur comme on dégoupille une grenade"

11 juin 2004

Vent de panique

Impossible de me concentrer efficacement...Je vais devoir passer les quatre prochains jours à travailler à coup de quinze heures quotidiennes si je veux avoir fini à temps. Mais comment faire quand sa tête n'est pas là ?Ma tête est dans un carton d'emballage. Elle est transbahutée par des porteurs, de livreurs, des cheminots quelque part entre Paris et Lausanne.Elle se prend des coups, des chocs, on la jette sans précaution, on la range dans des piles informes, on l'enferme dans le noir...Ma tête a peur.Ma tête a mal. Et plus le... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 18:52 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

11 juin 2004

Mon Prozac me cite !

Mon Prozac, c'est l'indispensable davduf.net ...Mais si ! Je vous en ai déjà touché un mot là... Or, suite à une note étonnament légère de ma part qui battait le rappel de la France des Catacombes pour faire un triomphe au premier single monomaniaque kolkhosien (voir l'objet du délit), je constate dans les stats de mon ancien blog que des visiteurs ont comme URL référante le site de davduf...Gasp ! Mais koikèsse ?Je vais y voir.... et je me retrouve en tête de gondole des liens cités au sujet du fameux Le Ballu.... que si vous... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 14:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 juin 2004

Ombre et Lumière

(Cliquez pour agrandir)Nébuleuse en reflexion dans la constellation d'Orion Reprenons les anciens calmants.... des étoiles plein les mirettes pour essayer de s'endormir sans fixer désespérément le plafond en priant pour ne pas se réveiller au matin. Journées plus que chargées à m'occuper de feuilles de style et autres fariboles alors que je devrais faire tout autre chose. Mais comme Amazon a eu le bon goût de m'envoyer un mail pour me confirmer que j'avais bien fait le saut de l'ange, qu'il était en route et que j'aurai à... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 01:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
10 juin 2004

Signature de bail

Bien.Voilà.C'est fait. Cartons vidés, étagères rangées, poussière faite, eau, gaz et électricité branchés.Téléphone sur répondeur comme d'habitude.Et pont-levis verrouillé plus que jamais. Finalement, c'est pas si compliqué que ça de changer de lieu, changer de couleur, changer d'environnement, changer de paysage et de couleur de ciel...De la patience. Recoller les notes une à une dans le bon ordre et avec la bonne date. Vérifier les liens. Pénible mais pas compliqué. J'ai décidé de me mettre au vert... pardon.... au noir....Je... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 17:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 juin 2004

Avis d'expulsion

Jetée aux chiens.Poubelle des amitiés.Déchet des fausses connivences.Ne pas comprendre.Incrédulité.S'interroger.Ne pas interroger.Ne pas vouloir savoir.Orgueil.Se taire.Se terrer.Se murer dans le silence et l'écriture. Gémellité du non-dit et des mots.Disque rayé.Refermer la trappe.Hermétique.Refuser de sentir les coups.Les oublier.Les annihiler.Les mépriser.Les pardonner aussi.Mais plus tard. Cette nuit, relire le diptyque incandescent de Richard Morgiève. "Ma vie folle" et "Ton corps". "Réponds "absent" toi-même, sinon tu... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 01:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juin 2004

Jeter les bases d'une société humaine

La haine et le mépris que l'homme nourrit le plus souvent à son égard et envers ses semblables révèlent combien l'inhumanité est le vrai malaise de notre civilisation. Nos sociétés sont malades de la barbarie qui paie les agios de l'opulence financière.Il faudra le répéter jusqu'à ce que l'évidence pénètre en nous comme une plénitude : notre seule richesse est la vie, une vie sans cesse affinée par le progrès de la sensibilité et de l'intelligence humaines. Elle nous est donnée sans réserve, sans contrepartie. Nous n'avons ni à la... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 23:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 juin 2004

India song...

J'ai mis longtemps à le retrouver dans l'Himalaya de CDs que j'ai et que je n'ai toujours pas classés par ordre alphabétique... ce qui explique le "longtemps". Cette chanson-là, je me souviens l'avoir dansée seule dans mon séjour un jour de pluie, les yeux fermés, en me balançant le plus lentement possible sur le carrelage froid. En boucle. Elle tombe très bien, là...Refermer les bras autour de mon buste pour que les bribes de coeur ne tombent pas en éclats sur le sol.Refermer la page.Refermer la fenêtre sur les autres, leur... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 20:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juin 2004

La morte fontaine

La morte fontaine (écoute en cliquant sur le titre) A la morte fontaineM'en allant promenerJ'ai trouvé l'eau si belleQue je m'y suis baigné J'ai trouvé l'eau si belleQue je m'y suis baignéA la morte fontaineAmour oh mon aimée J'ai trouvé l'eau si belleQue je m'y suis baignéA la morte fontaineAmour oh mon aimée J'ai trouvé l'eau si belle Quelle âme de damnéA la morte fontaineAmour oh mon aimée J'ai trouvé l'eau si belleQue je m'y suis baignéA la morte fontaineAmour oh mon aimée A la morte fontaineQuelle âme de damnéJ'ai... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 14:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juin 2004

Perspex Dome (3)

Elle avait pris sa décision un 4 juillet.Aucun rapport avec la célébration de l'Indépendance américaine.... juste un jour comme les autres, entre un 3 et un 5. Et ce fut le seul sens qu'elle donna à sa vie pendant une année et demi... Un jeu. C'était comme jouer à faire l'espionne ou à l'agent secret. Jouer à la "Résistance" comme quand elle était petite avec son frère et ses voisins, qu'ils piquaient les bérets noirs de leurs pères pour distinguer les "résistants" des "nazis", se confectionnaient des pistolets et des... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 01:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 juin 2004

L'odeur du narcisse

Le mou du chat (écoute en cliquant sur le titre ou dans la Discothèque.) Quand le passé nous saisitdans ces lieux de vague à l'âmesous les grands arbres de l'ennuiune lubie nous enflammese tendent voiles du pêcheurdans nos prunelles azuréesnom de Dieure'vlà l'heurede l'emberlificoté On lit dans le corps des volaillesdans un hachis parmentierau moment le plus selecton mange le mou du chatvoyant tout ce qui nous distinguedistingue des autres oiseauxsous les ors de ce bastringueOh ba lo ba lo Un haut le coeur pour le... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 20:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]