Kotinos Ghost

... ou les fragments d'Oneiros Thanatos

"Je crois à s'arracher le coeur comme on dégoupille une grenade"

15 juin 2004

Il y a des monstres charmants...

La Reine : Quoi ? Vous me demandez qui vous êtes ? Mais, cher monsieur, vous êtes ma mort.C'est ma mort que je sauve. C'est ma mort que je cache. C'est ma mort que je réchauffe. C'est ma mort que je soigne. Ne vous y trompez pas. ... Voilà dix ans que j'interroge une bouche d'ombre qui garde le silence. Dix ans que rien ne s'exprime du dehors. Dix ans que je triche. Dix ans que tout ce qui m'arrive me vient de moi et que c'est moi qui le décide. Dix ans d'attente. Dix ans d'horreur. J'avais raison d'aimer l'orage. J'avais raison... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 01:30 - Commentaires [2] - Permalien [#]

14 juin 2004

L'écriture du silence

Est-ce que toute passion absolue finit en soliloque ? Je me souviens d'un roman de Duras, le Ravissement de Lol V. Stein, qui m'avait fascinée et terrifiée à l'époque.Et puis j'ai connu ça, ce dessaisissement total de soi. Cette quête de soi à travers l'autre. Cet abandon de soi pour l'autre.L'insoutenable jouissance du bonheur de l'autre que ne vient pervertir que la cruauté de la séparation et de l'absence. On se soustrait, on s'efface, on vit à côté de sa vie. Que ce soit un silence de ravissement devant l'éblouissement de la... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 20:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 juin 2004

La vengeance de Radio Ballu !

Gasp !Davduf se venge ! M'enfin ?C'est pas parce que j'ai dit que je n'aimais pas le reggae qu'il fallait me la jouer mesquine !Je suggère poliment une version Trent Reznor.... et ils m'embauchent Dick Rivers ! Hilarant au demeurant... Et on a même droit à une Radio Ballu avec les 3 versions sur la page d'accueil... 3 raisons de se faire virer si on oublie de couper le son au turbinbinbin... Tiens ! en parlant de turbin.... j'y repars après ma pause thé.Enfin.... je "J'" de "j'y repars" est de pure forme... mon hologramme y... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 16:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 juin 2004

Qui sont les monstres ?

Joëlle Aubron va sortir.Elle n'est pas graciée. C'est juste une sortie "provisoire et suspensive".Pour être clair, elle est provisoire parce qu'elle va crever. Elle est suspensive parce que la suspension sera la mort. Je ne vais pas rentrer dans le débat politique.Je n'ai pas et n'ai jamais eu de sympathies pour Action Directe. Ils ont assassiné. Ça ne se discute même pas.Contrairement à la RAF de Baader-Meinhoff.Je rappelle aux générations précédentes que la Fraction Armée Rouge du dit-Andreas Baader n'a JAMAIS tué. Après, une fois... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 13:10 - Commentaires [4] - Permalien [#]
13 juin 2004

I'm Joe's wasted life...

Quel rapport entre la Lucy Honeychurch, jeune fille anglaise de la haute société dépeinte par James Ivory et la Marla Singer, faussaire suicidaire et pique-assiette du "Fight Club" de Fincher (mais surtout et avant tout de Palahniuk !). Une actrice prodigieuse : Helena Bonham Carter. Je la regardais pour la énième fois dans ce film délicieux de Ivory, "Chambre avec vue", et j'essayais de superposer l'image de cette jeune fille troublée et complexe avec la Marla, cigarette au bec, coiffure en pétard et comprimés toujours à portée... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 22:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 juin 2004

Pénible bilan...

Je m'y attendais mais pas à ce point !Travailler dans la tension, mais une tension qui n'est pas inhérente au travail en lui-même, une tension extérieure, c'est diaboliquement difficile. J'ai toujours aimé travailler dans l'urgence, il y a une forme de vertige, de fièvre assez agréable. Encore faut-il que l'on axe toute sa concentration sur la tâche à accomplir.Or là, tout le problème réside dans le fait que je n'arrive pas à me concentrer sur ce que je fais. Ou pas sur la longueur.Je décroche, mon esprit prend la clé des champs à... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 18:55 - Commentaires [2] - Permalien [#]

12 juin 2004

Fond de la première bouteille...

Il y a quelque chose que les âmes perdues, mes soeurs des ténèbres, devraient savoir de toute urgence.Un peu comme les premiers gestes de secours, histoire de ne pas dévisser complétement la tête d'un type accidenté avec des manipulations hors de propos. Axiome de base n°1 :Ne jamais écouter "Morning Theft" de Jeff Buckley avec une bouteille de Sylvaner dans le nez.... Sinon, je peux vous la refaire pour pratiquement tous les morceaux de "Sketches for my sweatheart the drunk".Tiens ? Je ne perçois que maintenant la douce ironie... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 20:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juin 2004

Tropique du Cancer

Je viens de lire ça, à l'instant.Oui. Je sais. Je devais travailler. N'insistez pas, je vais me fâcher... "Pas un seul de nous n'est intact, et pourtant nous avons en nous tous les continents, et toutes les mers entre les continents, et tous les oiseaux des airs.Nous allons transcrire tout ça -- cette évolution du monde qui a trépassé, mais qui n'a pas été enseveli.Nous nageons sur la surface du temps, et tout le reste s'est noyé, ou se noie, ou se noiera."Henri Miller - "Tropique du Cancer" Et je réalise dans un souffle de terreur,... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 17:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juin 2004

Demain

"Parachutes" de ColdPlay au réveil avec un café dans lequel flotte un bâton de cannelle (si, si.... c'est très bon !).Reflets d'or moiré dans le voile d'organza couleur prune que le souffle du dehors soulève de temps en temps.Joey II qui se prélasse avec des airs de duchesse sur un carrelage enfin revenu à température féline, c'est-à dire confortable pour une boule de poils qui cherche la fraîcheur.Volets à demi-baissés pour garder cette lumière tamisée si douce, seule qu'agréent mes yeux fatigués par les heures d'ordinateur. Dehors,... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 12:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juin 2004

Ma nuit talismanique

Ecrire la nuit.Ecrire sous les étoiles.Pourquoi cette heure de prédilection ? Encore faut-il que les conditions nécessaires soient remplies !Là, j'ai rongé mon frein jusqu'à ce que le loto paroissial soit enfin terminé. Pas de chance : le terrain et les bâtiments de la dite paroisse sont mes voisins et, un vendredi soir par mois, j'ai droit aux voitures garées n'importe comment mais sous mes fenêtres de préférence... ce qui veut dire que vers minuit et demi, j'en ai pour trois bons quarts d'heure à supporter le brouhaha de la foule... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 01:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]