Kotinos Ghost

... ou les fragments d'Oneiros Thanatos

"Je crois à s'arracher le coeur comme on dégoupille une grenade"

20 mai 2004

L'orage gronde déjà...

  ... et les cumulus font se qu'ils savent faire.... s'accumuler au-dessus des Pyrénées, depuis tôt ce matin. Il fait chaud et lourd : dans ma tête aussi. Alors je bataille avec mon scanner et mon ancien PC pour essayer de vous faire voir l'Indicible, la Merveilleuse, LA Guillem d'aujourd'hui... en attendant d'être capable d'aligner deux idées de suite. ce qui, vu l'état de liquéfaction du cerveau, devrait prendre encore un peu de temps. Logiquement, je devrais vous en faire une série mais je bataille aussi avec les... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 13:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 mai 2004

Nous n'avons fait que fuir...

  Nous n'avons fait que fuir, nous cogner dans les angles,Nous n'avons fait que fuir, Et sur la longue route, Des chiens resplendissants deviennent nos alliés, J'ai connu des rideaux de pluie à draper des cités souveraines et ultimes,Des cerceaux déchirés couronnant les chapelles de la désespérance,Et tourne l'onde, Et tourne l'onde, Et tourne l'onde,Et tourne, et reviens-moi au centuple,Reste, Accroche, Rêche, Me caresse, Me saoule, Et me saborde, Dérape, S'enroule, Pourri malheur, Pourrie chaleur, Et devient familier le... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 11:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 mai 2004

L'Arc du Lynx

  (Cliquez pour agrandir)L'Arc du Lynx   Voilà... Ma Valacirca rêvée, plantée sur sa nuit.Une Valacirca symboliquement inversée, signe non pas de la chute mais de l'éblouissement et de l'ascension... sans allusion à la date, ce qui serait de mauvais goût en pays calviniste ! Qu'elle veille sur toi, mon âme.
Posté par Oneiros à 23:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
19 mai 2004

I'll watch you go down

Voir quelqu'un qu'on appréciait se vautrer dans la complaisance...Être le témoin impuissant du double-discours : les critiques acerbes et définitives en privé et le caressage dans le sens du poil en public...Avoir envie de hurler devant l'hypocrisie d'une amie que l'on n'imaginait pas si fausse...Avoir envie de se punir pour ne pas s'en être rendu compte avant...Ne pas se résoudre à ne plus croire son instinct...Résister au désir de faire voler en éclat ce grand cirque de Tartuffes parce qu'on sait bien que ça ne servira à... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 16:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 mai 2004

Le cri

"Le Cri, d'Edvard Munch, ne laisse à la toile aucun espace de silence ; il se cogne contre les bords, chassant les ombres fugitives de traces humaines. Le cri se cogne et absorbe dans son echo toute empreinte de vie. Cri-révolte, cri-peur, cri-jouissance, cri-suicide, au bord d'un gouffre, limité encore par la barrière d'un pont. Le cri déborde déjà de la barrière comme s'il devançait le corps, "pro-jet" du corps. Hurler à la lune ou à la mort. La décharge du cri imprime toute la toile. Pas un espace n'ouvre sur le vide. Le corps... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 14:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 mai 2004

Love will tear us apart

Il y a 24 ans, le 18 mai 1980, Ian Curtis se pendait dans sa cuisine. Il avait 23 ans.   Love will tear us apart When the routine bites hardand ambitions are lowAnd the resentment rides highbut emotions won't growAnd we're changing our ways,taking different roadsThen love, love will tear us apart again (4) Why is the bedroom so coldTurned away on your side ?Is my timing that flawed,our respect run so dry ?Yet there's still this appealThat we've kept through our livesLove, love will tear us apart again (4) Do you cry... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 23:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 mai 2004

C'est bien plus beau lorsque c'est inutile...

Avant d'aller dormir au creux de ma nuit "talismanique", je ne sais pas pourquoi j'ai pris "Cyrano de Bergerac"... ou je ne le sais que trop ! C'est au choix, en ces cas-là, après être restée trop longtemps à fixer l'image webcam de sa nuit, celle qui glisse lentement dans son ciel, observant la montée de ses étoiles et l'imaginant les contempler comme moi, la même pensée jumelle en tête... Cyrano ou Bérénice... parfois l'Aigle à deux têtes... bien sûr... Et comme les mots de Rostand disent bien le contraire de ce qu'ils... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 23:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 mai 2004

Eros et Agapè

"Nous ne pouvons aimer personne sans vouloir automatiquement le prendre dans notre coeur, alors que l'être est de donner du coeur à ceux que l'on aime sans les ramener jamais à soi, et comment donner du coeur pendant l'éternité ?"Antonin Artaud Eros et Agapè, l'amour de soi et l'amour de l'autre.Divine union de deux étrangers acharnés à se contredire. Et à se fondre ensemble si leur rencontre aboutissait. Dans son journal, Pavese écrivait aussi : "Tu seras aimé le jour où tu pourras montrer ta faiblesse, sans que l'autre s'en... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 18:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 mai 2004

"Au silence de celle qui laisse rêveur..."

"J'écrivais des silences, des nuits, je notais l'inexprimable, je fixais les vertiges."Arthur Rimbaud Modulations du silence.Miroitement du vide.Scansion du silence qui martèle le blanc et demeure au creux des mots.Ponctuation qui rend visible le tracé invisible de la voix.Entre écriture et silence, cette étrange, cette mystérieuse, cette douce complicité.Ce point à la limite du rien et du quelque chose d'intense mais de retenu. La parole enfouie au plus profond de nous, farouchement ancrée à sa part de silence pour y garder,... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 16:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 mai 2004

Les nuisibles

"Pourquoi tu ramènes tout à la rue ? Si c'est la vraie vie pour toi, restes-y..." Phrase lue au détour d'un blog dans la nuit de samedi.Je ne citerai même pas l'auteur : pas la peine de faire de la publicité gratuite à une déjection sur pattes. Même une crotte de chien (de SDF comme il se doit) me semble moins nauséabonde. Tu apprécies comme il se doit, dis, ulysses ?Ton hiver 97, mon printemps 98... identiques ou semblables, je crois bien. Alors j'ai digéré. Tant bien que mal. Plutôt mal mais j'ai l'habitude de la saloperie... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 00:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]