Kotinos Ghost

... ou les fragments d'Oneiros Thanatos

"Je crois à s'arracher le coeur comme on dégoupille une grenade"

20 mai 2004

En silence...

Kotinos, ô mon Gaius, j'aurais voulu te connaître lorsque tu avais 6 ou 8 ans. Cet âge où l'on n'est plus seulement une éponge sensorielle toute tournée vers les autres, dépendante de l'amour qu'on a ou qui nous manque, assoiffée d'échanges.Cet âge où on prend conscience d'être une monade indépendante, autonome. Quand on commence à comprendre que l'on est soi. Qui l'on est. Comme tu as du vite te cacher !Cette étrange précocité, comme elle a du te compliquer la vie.Je me demande parfois si ce n'est pas l'art du masque... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 16:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 mai 2004

Love will tear us apart

Il y a 24 ans, le 18 mai 1980, Ian Curtis se pendait dans sa cuisine. Il avait 23 ans.   Love will tear us apart When the routine bites hardand ambitions are lowAnd the resentment rides highbut emotions won't growAnd we're changing our ways,taking different roadsThen love, love will tear us apart again (4) Why is the bedroom so coldTurned away on your side ?Is my timing that flawed,our respect run so dry ?Yet there's still this appealThat we've kept through our livesLove, love will tear us apart again (4) Do you cry... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 23:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 mai 2004

C'est bien plus beau lorsque c'est inutile...

Avant d'aller dormir au creux de ma nuit "talismanique", je ne sais pas pourquoi j'ai pris "Cyrano de Bergerac"... ou je ne le sais que trop ! C'est au choix, en ces cas-là, après être restée trop longtemps à fixer l'image webcam de sa nuit, celle qui glisse lentement dans son ciel, observant la montée de ses étoiles et l'imaginant les contempler comme moi, la même pensée jumelle en tête... Cyrano ou Bérénice... parfois l'Aigle à deux têtes... bien sûr... Et comme les mots de Rostand disent bien le contraire de ce qu'ils... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 23:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 mai 2004

Eros et Agapè

"Nous ne pouvons aimer personne sans vouloir automatiquement le prendre dans notre coeur, alors que l'être est de donner du coeur à ceux que l'on aime sans les ramener jamais à soi, et comment donner du coeur pendant l'éternité ?"Antonin Artaud Eros et Agapè, l'amour de soi et l'amour de l'autre.Divine union de deux étrangers acharnés à se contredire. Et à se fondre ensemble si leur rencontre aboutissait. Dans son journal, Pavese écrivait aussi : "Tu seras aimé le jour où tu pourras montrer ta faiblesse, sans que l'autre s'en... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 18:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 mai 2004

Les nuisibles

"Pourquoi tu ramènes tout à la rue ? Si c'est la vraie vie pour toi, restes-y..." Phrase lue au détour d'un blog dans la nuit de samedi.Je ne citerai même pas l'auteur : pas la peine de faire de la publicité gratuite à une déjection sur pattes. Même une crotte de chien (de SDF comme il se doit) me semble moins nauséabonde. Tu apprécies comme il se doit, dis, ulysses ?Ton hiver 97, mon printemps 98... identiques ou semblables, je crois bien. Alors j'ai digéré. Tant bien que mal. Plutôt mal mais j'ai l'habitude de la saloperie... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 00:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 mai 2004

Desnos... et Bashung

  Jamais d'autre que toi en dépit des étoiles et des solitudes En dépit des mutilations d'arbre à la tombée de la nuitJamais d'autre que toi ne poursuivra son chemin qui est le mienPlus tu t'éloignes et plus ton ombre s'agranditJamais d'autre que toi ne saluera la mer à l'aube quand fatigué d'errer moi sorti des forêts ténébreuses et des buissons d'orties je marcherai vers l'écumeJamais d'autre que toi ne posera sa main sur mon front et mes yeuxJamais d'autre que toi et je nie le mensonge et l'infidélitéCe navire à l'ancre tu... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 13:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 mai 2004

Mon cauchemar, amant nocturne

Eclair blafard.Sang écarlate sur le cuir noir.Cette fois-ci, la lame s'est enfoncée plus profondemment qu'à l'accoutumée. Nausée après un précipité de souffrances. Respires-tu ? Je ne suis plus qu'un amas de cellules terrorisées.
Posté par Oneiros à 10:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 mai 2004

Un ruban de satin rose...

Hier, confiante par inadvertance en un timide rayon de soleil qui semblait présager d'une remontée de température, j'enfile un fourreau chinois... mal m'en prit ! C'est bien joli les robes artistiquement fendues sur le côté mais quand le thermomètre n'arrive pas à décoller au-dessus de 14°, ça devient du masochisme assez rapidement ! Exit donc le satin noir savamment brodé de fleurs de pommiers et rush vers le portant, histoire de trouver un truc plus chaud.  Je dégotte vite fait un pull col roulé noir et... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 19:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 mai 2004

Je me souviens

Je me souviens du Guggenheim de Bilbao avec lui. Les images me sont revenues à l'instant.Les images, les sons, les odeurs, tout. Je me souviens de la douce chaleur des tuiles de titane dans la paume de ma main, d'un rose doré sous le soleil couchant.Je me souviens avoir pensé qu'elles avaient la même douceur que son front de dormeur au matin. Je me souviens des minutes interminables que nous avons passé devant un ivoire de Rubens, représentant Eros et Psyché enlacés, nos oriflammes, notre miroir d'Orphée.Hébétés devant une... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 00:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 mai 2004

46° 31' 26" , 6° 38' 13"

Le lac   Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages, Dans la nuit éternelle emportés sans retour, Ne pourrons-nous jamais sur l'océan des âges Jeter l'ancre un seul jour ?   O lac! l'année à peine a fini sa carrière, Et près des flots chéris qu'elle devait revoir, Regarde! je viens seul m'asseoir sur cette pierre Où tu la vis s'asseoir!   Tu mugissais ainsi sous ces roches profondes ; Ainsi tu te brisais sur leurs flancs déchirés ; Ainsi le vent jetait l'écume de tes ondes Sur ses pieds adorés. ... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 19:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]