Kotinos Ghost

... ou les fragments d'Oneiros Thanatos

"Je crois à s'arracher le coeur comme on dégoupille une grenade"

16 juillet 2004

Mild und leise

  Il y a un an, jour pour jour, heure pour heure, je renonçais à la seule souveraineté de ma nuit vivante.J'avais rêvé l'impossible. Contre toute attente, je l'avais atteint, puis le possible à son tour est devenu impossible.J'ai renoncé à ma liberté plutôt que de prendre le risque de ne lui offrir qu'une servitude, plutôt que de l'entraîner dans mes gouffres.J'espérais malgré tout découvrir en moi une force me permettant de respirer dans l'absurde chagrin de vivre sans comprendre.J'ai échoué.Je n'ai trouvé que la torture... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 18:38 - - Commentaires [28] - Permalien [#]

13 juillet 2004

Retour en l'Île de l'Etoile

A me remémorer la rencontre et ses lieux, j'ai eu envie d'en arpenter de nouveau les chemins oubliés.Je viens donc de déguster ma madeleine au cyanure.... et j'ai bien ri, ma foi ! Retour sur une période joyeuse, une exultation quotidienne qui a duré des mois.J'ai relu les posts du forum sur lequel nous sévissions de concert.Quel labyrinthe en fait !Trois niveaux de lecture au moins : Ce que j'appelerai la "tête de gondole", c'est-à-dire les premières pages du forum où notre belle bande de vandales tolkiendili, membres de... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 04:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
12 juillet 2004

Cérémonie d'ouverture

Comme promis, je déclare ouvert le premier Festival mondial de Kotinos...Cinq jours de festivités.Cinq jours de chorégies.Pas un de moins, pas un de plus.Pas de roulement de tambours. Ça fait trop militaire.Pas de flashs et de haies de paparrazzi. On a toujours préféré l'ombre et les ténèbres à la lumière.Pas de tapis rouge. Ou alors rouge sang.Pas de marches. Hormis celle de Cirith Ungol. ... Ou comment tenter pitoyablement de faire de l'humour alors que je ressens une forme d'intimidation, de trac. Non pas que ça me gêne de parler... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 19:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 juillet 2004

A Poison Tree

J'aime les nuits silencieuses.J'aime ces nuits d'été en ville, de la mi-juillet à la mi-août, lorsque les fourmis sont parties se presser en rangs serrés qui sur des plages, qui dans des bars, qui dans des fêtes.L'immeuble est vide. Pas un son.Des rues muettes  ne me proviennent plus ces bruits de circulation qui empoisonnent le vide et la musique du vide.Je me réapproprie un espace et un monde sous une forme étrangère, une forme inhumaine, là où l'humain n'est plus.La poésie sonne mieux dans ce silence apaisé, dans... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 02:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 juillet 2004

Une veuve de papier

C'est le titre d'un livre de John Irving.Et je me dis que je suis une veuve de mots, une veuve de verbe.La vestale gardienne de montagnes de mails archivés, de lettres pieusement conservées. Je vais tout relire ce week-end. Il faudra bien deux jours. Et la semaine prochaine, emplie d'une mémoire qui n'a nul besoin d'être revivifiée, j'ouvrirai le seul et unique premier et dernier Festival mondial de Kotinos.Il n'y aura pas de montées des marches, pas de paillettes, pas de flashs.Il y aura juste toi.Je n'écrirai que sur... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 17:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juillet 2004

Vol de nuit

Il dort comme une bûche.A tel point qu'on pourrait croire qu'il est mort. D'une immobilité, d'une rigidité de gisant.C'est à peine si on le voit respirer. Ça m'avait frappée les premières nuits que l'on avait passés côte-à-côte.Je dis bien côte-à-côte... c'était du camping sauvage dans l'appartement "Antre des ténèbres" d'une Maïa obscure, amie commune, nous étions quatre à sombrer sur des matelas épars dans son minuscule séjour parisien et on s'était vus pour la première fois la veille... pas franchement les conditions... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 14:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

06 juillet 2004

Aspegic 1000, ma béquille

Et allez !Migraine au réveil... elle commence bien la journée !Nuit d'orage sur les Pyrénées. Impossible de dormir. Lancer "The Shawshank redemption" à 4 heures du mat. Constater une fois de plus qu'il est possible de faire une adaptation cinématographique qui soit encore meilleure que le roman dont elle est issue (à condition de ne pas s'appeler Peter Jackson, bien sûr !), que Tim Robbins est un acteur fabuleux (Morgan Freeman aussi, soyons juste), envier à mort le personnage d'Andy qui ne vit que sur l'espoir... L'espoir....... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 13:36 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
26 juin 2004

La nuit introuvable

"Je n'entrerai pas dans votre coeur pour limiter sa mémoire.Je ne retiendrai pas votre bouche pour l'empêcher de s'entrouvrir sur le bleu de l'air et la soif de partir.Je veux être pour vous la liberté et le vent de la vie qui passe le seuil de toujours avant que la nuit ne devienne introuvable." Ma nuit est perdue quelque part dans un labyrinthe dont je n'ai même plus envie de retrouver le fil.Attraction de l'abîme.Plaisir malsain de la destruction.Comme dans la rue. Spirale du "Je suis rien". Automutilation qui dément,... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 17:04 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
24 juin 2004

Les roses de mon père...

  Elles sont sous mon nez... donc je sens leur parfum et pas vous... et c'est dommage !   Mon père avec qui j'ai fait une petite ballade, laissant ma mère torturer de questions mon fiston... "Et qu'est-ce qui te plaît en classe ? Et qu'est-ce que tu fais de tes vacances ? Et pourquoi tu portes des pantalons qui traînent par terre ? Et tu es sûr que ton père te nourrit bien ? Et reprend de la glace mon chéri !"..... Et mon Numa stoïque faisant face courageusement à l'avalanche.... je lui aurais sauté au cou ! Je... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 00:43 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
23 juin 2004

Ton ciel, mon âme

J'ai remis "Bliss".A fond.C'est là que je bénis l'intuition qui m'a fait prendre de bons baffles pour l'ordi avec caisson de basse et tout le toutim... même plus besoin de sortir de la chambre. Plus la peine d'allumer la chaîne Dolby Surround 5 enceintes qui trône désormais inutile dans ce séjour sublime que je ne fréquente même plus. Si, si... sublime... vaste, tapis noirs chinois sur carrelage saumoné, murs crème, voilages de lin, calligraphies de Massoudy cerclées de noir, vaste cheminée, meubles exotiques mélangés... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 21:06 - - Commentaires [7] - Permalien [#]