Kotinos Ghost

... ou les fragments d'Oneiros Thanatos

"Je crois à s'arracher le coeur comme on dégoupille une grenade"

16 juillet 2004

Mild und leise

  Il y a un an, jour pour jour, heure pour heure, je renonçais à la seule souveraineté de ma nuit vivante.J'avais rêvé l'impossible. Contre toute attente, je l'avais atteint, puis le possible à son tour est devenu impossible.J'ai renoncé à ma liberté plutôt que de prendre le risque de ne lui offrir qu'une servitude, plutôt que de l'entraîner dans mes gouffres.J'espérais malgré tout découvrir en moi une force me permettant de respirer dans l'absurde chagrin de vivre sans comprendre.J'ai échoué.Je n'ai trouvé que la torture... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 18:38 - - Commentaires [28] - Permalien [#]

15 juillet 2004

La mort des amants

Nous aurons des lits pleins d'odeurs légères, Des divans profonds comme des tombeaux, Et d'étranges fleurs sur des étagères, Écloses pour nous sous des cieux plus beaux.     Usant à l'envi leurs chaleurs dernières, Nos deux cœurs seront deux vastes flambeaux, Qui réfléchiront leurs doubles lumières Dans nos deux esprits, ces miroirs jumeaux.     Un soir fait de rose et de bleu mystique, Nous échangerons un éclair unique, Comme un long sanglot, tout chargé d'adieux ;     Et plus tard un... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 22:58 - Commentaires [6] - Permalien [#]
15 juillet 2004

Calme blanc

Pas un souffle.Voiles affalées.Pas une ride sur l'onde.Je pourrais presque voir le fond et les coraux si je me penchais sur le bastingage. Ils sont toujours étonnants ces moments, quand tout s'arrête, comme une transparence de cristal.On sent qu'il va se passer quelque chose sans savoir quoi.L'air prend une immobilité à laquelle on pourrait presque donner une couleur, une épaisseur, un poids, une douleur. Est-ce l'impression qu'ont les funambules lorsqu'ils s'arrêtent à mi-parcours, sur ce filin tendu entre deux rives ?A quoi... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 19:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 juillet 2004

Exercice imposé

C'était une erreur. Idée farfelue que celle d'imaginer que je pourrais, à la commande, dire ce qui n'est ni traduisible ni partageable.Pas de cette façon-là en tout cas.Je me demande même si j'en ai vraiment eu le désir. L'absence est comme un trou noir qui aspire tout inéluctablement.Plus je tente de l'approcher, plus elle se dérobe. J'envie ces carnets, ces blogs, pétillants d'humour et de légèreté.Les blogs des gens normaux. De ceux qui vivent, qui ont une vie, et qui savent la partager sans être lourds, pesants.On ne peut... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 11:23 - Commentaires [11] - Permalien [#]
13 juillet 2004

Interlude

Kotinos, pardonne-moi, mon âme, d'interrompre les Panathénées qui se déroulent en ton honneur mais j'ai une bulle colorée qui menace de me faire exploser de l'intérieur si je ne la libère pas d'une façon ou d'une autre. Message personnel à qui se reconnaîtra s'il me lit, à qui il est destiné même s'il ne me lit pas : "Si j'en réchappe, je sais que je devrai rompre avec l'arôme de ces années essentielles, rejeter (non refouler) silencieusement loin de moi mon trésor, me reconduire jusqu'au principe de comportement le plus... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 20:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 juillet 2004

Retour en l'Île de l'Etoile

A me remémorer la rencontre et ses lieux, j'ai eu envie d'en arpenter de nouveau les chemins oubliés.Je viens donc de déguster ma madeleine au cyanure.... et j'ai bien ri, ma foi ! Retour sur une période joyeuse, une exultation quotidienne qui a duré des mois.J'ai relu les posts du forum sur lequel nous sévissions de concert.Quel labyrinthe en fait !Trois niveaux de lecture au moins : Ce que j'appelerai la "tête de gondole", c'est-à-dire les premières pages du forum où notre belle bande de vandales tolkiendili, membres de... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 04:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
12 juillet 2004

Beautiful freaks

Quelle est la molécule, quelle est la monade essentielle qui brusquement déclenche les connexions, crée les synapses de l'intuition irréductible ? La première fois que je l'ai lu, j'ai eu la certitude absolue d'une rencontre unique.Je ne saurais pas exactement expliquer comment la vague de ce tsunami bien particulier a pris naissance, souterrainement.Autant que je m'en souvienne, la discussion devait être historico-géographique ou géo-politique ou politico-économique... Et tout de suite la sensation que je pouvais lire plus qu'il n'y... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 23:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juillet 2004

Cérémonie d'ouverture

Comme promis, je déclare ouvert le premier Festival mondial de Kotinos...Cinq jours de festivités.Cinq jours de chorégies.Pas un de moins, pas un de plus.Pas de roulement de tambours. Ça fait trop militaire.Pas de flashs et de haies de paparrazzi. On a toujours préféré l'ombre et les ténèbres à la lumière.Pas de tapis rouge. Ou alors rouge sang.Pas de marches. Hormis celle de Cirith Ungol. ... Ou comment tenter pitoyablement de faire de l'humour alors que je ressens une forme d'intimidation, de trac. Non pas que ça me gêne de parler... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 19:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]