Kotinos Ghost

... ou les fragments d'Oneiros Thanatos

"Je crois à s'arracher le coeur comme on dégoupille une grenade"

23 mai 2004

Sarcasme de mon démon...

    ... ou tout est bon pour se trouver des excuses...   Toujours pas avancé. Toujours pas démarré. J'ai l'impression que si j'ouvre Dreamweaver ou Photoshop, je vais faire une crise de tétanie, ou me payer une crise cardiaque, ou une crise d'épilepsie, ou de malaria ou de n'importe quoi... que je vais faire une chute de 500 mètres dans une pente à 45%, hérissée de shistes coupants comme des lames de rasoirs, qu'un tsunami millénaire va m'engloutir après avoir traversé tout l'Atlantique, que des serpents à... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 22:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 mai 2004

Pitoyable tentative d'autodérision...

 
Posté par Oneiros à 19:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 mai 2004

Paralysie

Voilà plus de 15 jours que j'ai un travail à faire.Plus d'un mois que je me suis engagée à le faire. Moralement.Et j'en suis incapable.Pas incapable de le faire mais incapable de faire autre chose que de ne rien faire, justement. Ne plus bouger un cil. Ne plus agir. Ne plus exister. Ça n'est pas de la paresse ou de la fatigue.C'est un sentiment d'obscénité totale à entamer quelque chose qui ne soit pas tourné vers lui, à m'engager dans une démarche qui puisse m'apporter quelque chose ou être constructive et donc projettée vers un... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 17:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 mai 2004

Donne toujours plus que tu ne peux reprendre...

  ... et oublie. "L'intensité est silencieuse.Son image ne l'est pas.J'aime qui m'éblouie puis accentue l'obscur à l'intérieur de moi." René Char
Posté par Oneiros à 03:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 mai 2004

L'aventurier manqué

  C'est une petite nouvelle de Cesare Pavese, relue cet après-midi alors que le ciel prenait des teintes gris ardoise qui n'engageaient guère à mettre le nez dehors. C'est un jeune homme qui revient après être parti en Amérique.Il rêvait de la grandeur de ce pays encore jeune. Comme s'il pouvait la faire sienne, comme s'il pouvait la faire contenir en lui.Il veut plus. Il veut mieux. Il veut tout et il veut le plus vite possible.En fait, il n'y sera qu'un figurant, un étranger au rêve qu'il pourchasse. Un rêve d'Art.Echec... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 21:27 - Commentaires [2] - Permalien [#]
22 mai 2004

Grâce

    "Ô vie, donne, s'il est temps encore, aux vivants un peu de ton bon sens subtil sans la vanité qui abuse, et par-dessus tout, peut-être, donne-leur la certitude que tu n'es pas aussi accidentelle et privée de remords qu'on le dit.Ce n'est pas la flèche qui est hideuse, c'est le croc. Toute la masse d'arôme de ces fleurs pour rendre sereine la nuit qui tombe sur nos larmes. Comment m'entendez-vous ? Je parle de si loin..." René Char
Posté par Oneiros à 18:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 mai 2004

"Mon clown est un voile léger..."

    "J'ai toujours su que je dansais pour d'autres raisons que ceux qui aiment la danse. Pour eux, la danseuse étoile, c'est le tutu, les paillettes, la poupée mécanique qu'on remonte dans le dos.Là, d'un seul coup, ils sont confrontés à une femme. Je bousille leur rêve. Ils découvrent la mécanique de chair et de muscles qui, seule, permet les sauts et les figures qui les exaltent.Nue, je deviens paradoxalement moins vraie à leurs yeux, plus inaccessible...Pourtant, l'idée principale était de faire quelque chose de... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 13:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 mai 2004

They dance alone...

Peu d'entre nous quittent cette vie en dansant. Car c'est la vie qui nous fait danser, la mort ne fait ni danser ni chanter. On ne danse pas la mort, on danse pour les morts, envers et contre eux.Tout près d'eux comme ces femmes devant le Parlement chilien. On danse toujours seul avec la mort.La mort est une partenaire absente qui vient planter son épingle dans le coeur des vivants. Chaque suicide est une vie pleine de trous.   Edit : Tiens ! Du 16 Horse Power..... ça dirait à quelqu'un ? Je suis dessus et il n'est pas dit que... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 02:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 mai 2004

Entre lui et nous...

Le silence d'un suicidé, c'est le nôtre. Entre lui et nous, peu, si peu de différences. Une souffrance plus lourde. Une vie écourtée. Tout aussi pleine. Nous avons tous besoin de nous savoir existants pour les autres.Dire ou proclamer le contraire n'est qu'une gabegie ou une hypocrisie totale. Secret, souffrance, solitude, silence, suicide.Des réalités.Celles que je vous mettrai sous les yeux tant que j'aurai des yeux.Profitez-en ! Ça ne devrait pas durer au vu des statistiques et des prospectives médicales.... Il n'est jamais... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 21:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 mai 2004

L'être humain n'existe qu'accompagné...

"Que se lève celui qui leur lance la pierreIl ne sait de l'amour que le verbe s'aimerSur le pont n'est plus rien qu'une brume légèreÇa s'oublie en silence ceux qui ont espéré."Jacques Brel -  "Les désespérés" Toujours le silence.Toujours les fausses amours qui n'aiment qu'elles-mêmes.Toujours les bourreaux qui se croient estimables alors qu'ils ne sont que pitoyables dans leur désir de voir souffrir l'être qu'ils proclament "aimer" !Toujours les mêmes vampires se gargarisant de leur soit-disant "amour". Ils partent, les... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 20:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]