Kotinos Ghost

... ou les fragments d'Oneiros Thanatos

"Je crois à s'arracher le coeur comme on dégoupille une grenade"

18 avril 2004

Deux coeurs d'or scintillant aux oreilles...

Ce soir, à minuit, 1ère partie des "Enfants du Paradis" de Carné-Prévert... Je l'ai en cassette VHS, en DVD... et je sais déjà que je serai collée devant, hypnotisée par Frédéric, Lacenaire, Garance et Baptiste. Parce que c'est notre film préféré.Parce que je lui avais offert le merveilleux livre du scenario original dont vous avez ici la couverture.Parce qu'on ne peut pas résister à la beauté. Correction !Parce qu'il ne faut pas résister à la beauté...   "Les fous ! Me laisser seul avec moi-même, eux qui me... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 22:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 avril 2004

Spirale descendante

Even Deeper i woke up todayto find myself in the other placewith a trail of my footprintsfrom where i ran awayit seems anything i've heardjust might be trueand you know me(well you think you do)sometimes i hate everything-yet i wish i felt somethingdo you know how far this has gone ?just how damaged have i become ?when i think i can overcomeit runs even deeperand in a dream i'm a different mewith a perfect youwe fit perfectlyand for once in my life i feel complete-and i still want to ruin itafraid to lookas clear as daythis plan... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 22:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 avril 2004

Ses mots comme des lianes de volubilis...

Je m'en doutais.... Goût amer dans la bouche que nulle eau n'arrive à effacer. Contre-coup ou récompense pour le saut dans le vide qui précédait... Et comme j'ai décidé de ne plus plonger dans les vapeurs alcoolisées du rosé frais ou du Jurançon doux au moindre signe de tempête qui se lève dans mon crâne, pas plus que dans les pilules du bonheur abrutissant, mes Treets de la mort qui tue pour de vrai, j'aurai du mal à trouver mon père Hypnos si je ne panse pas cette plaie-là de l'onguent suave du souvenir heureux. Je me souviens... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 03:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 avril 2004

Sauter dans le vide...

J'arrête.J'arrête de faire semblant de n'avoir ouvert ce blog que par désoeuvrement.Pour autant, je ne sais pas réellement POURQUOI je l'ai ouvert. Ça n'est pas pour partager avec d'autres une existence qui me fait horreur. Piètre cadeau !Ça n'est pas non plus pour aller au fond des choses et tout dire. Je n'y suis jamais parvenue qu'avec un seul être. Qu'avec lui.Par la suite, même avec des psys, je n'ai jamais réussi à parler d'autre chose que de moi et moi seule. Jamais de l'autre. Jamais de lui. J'ai mis du temps, plusieurs... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 22:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
17 avril 2004

La Ferme des Animaux... sans le génie d'Orwell

Et voilà !Je savais bien que j'aurais du m'abstenir de faire un tour sur Amnesty International !Titre : "Soudan : Viol systématique des femmes et des jeunes filles".Contenu : je vais pas vous mâcher le boulot quand même ! Le lien est là pour ça.... :) Et boum ! La colère prévisible qui monte...Je venais juste de faire un tour sur Usenet où on ne parle que des quatorze "has been" ou "will never be" pour qui la France de TF1 a, semble-t'il, les yeux de Chimène.J'en sais rien... j'ai pas vu... je veux pas voir... trop de DivX à... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 18:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 avril 2004

"She was a gordian shape..."

  Un extrait de ce poème parmi les plus beaux de Keats, pour le plaisir de la musicalité et du songe...   "She was a gordian shape of dazzling hue,Vermilion-spotted, golden, green, and blue ;Striped like a zebra, freckled like a pard,Eyed like a peacock, and all crimson barr'd ;And full of silver moons, that, as she breathed,Dissolv'd, or brighter shone, or interwreathedTheir lustres with the gloomier tapestries -So rainbow-sided, touch'd with miseries,She seem'd, at once, some penanced lady elf,Some demon's... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 02:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 avril 2004

Notre besoin de consolation est impossible à rassasier...

Mauvaise nuit, réveil assorti.Revenir aux sources.Au coeur de l'atome.Ça ira mieux tout à l'heure... peut-être... Stig Dagerman Notre besoin de consolation est impossible à rassasier Je suis dépourvu de foi et ne puis donc être heureux, car un homme qui risque de craindre que sa vie ne soit une errance absurde vers une mort certaine ne peut être heureux. Je n'ai reçu en héritage ni dieu, ni point fixe sur la terre d'où je puisse attirer l'attention d'un dieu : on ne m'a pas non plus légué la fureur bien aiguisée du... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 11:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 avril 2004

Soyons désinvoltes, n'ayons l'air de rien...

C'est d'un ridicule achevé !J'ai tourné toute la journée pas loin de la "chose", l'air aussi fin qu'une poule qui a trouvé un couteau... Comme tous les gosses qui retardent le moment de se jeter dans l'eau froide, j'ai fait mille circonvolutions absurdes et futiles : "Mais pourquoi mon image ne s'affiche-t'elle pas correctement alors qu'elle est pile-poil dans les normes ?"... "Et pourquoi le Shift Entrée ne saute pas à la ligne une fois le texte publié ?"... "Bon sang ! Mais c'est quoi un RSS et un trackback ? Je ne peux décemment... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 23:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 avril 2004

Le temps divisé

  Juste une envie pour commencer...Le "Tristan et Iseult" de Jean Delville, peintre symboliste belge. Pour le reste, je ne sais encore si c'est la chose qui me dévorera ou si je la dompterai. Besoin de me familiariser avec elle. D'ici là, je saurai peut-être si je ne ferai que tourner indéfiniment autour du coeur de l'atome ou si j'opterai pour la fission...
Posté par Oneiros à 01:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]