Kotinos Ghost

... ou les fragments d'Oneiros Thanatos

"Je crois à s'arracher le coeur comme on dégoupille une grenade"

15 juillet 2004

La mort des amants

Nous aurons des lits pleins d'odeurs légères, Des divans profonds comme des tombeaux, Et d'étranges fleurs sur des étagères, Écloses pour nous sous des cieux plus beaux.     Usant à l'envi leurs chaleurs dernières, Nos deux cœurs seront deux vastes flambeaux, Qui réfléchiront leurs doubles lumières Dans nos deux esprits, ces miroirs jumeaux.     Un soir fait de rose et de bleu mystique, Nous échangerons un éclair unique, Comme un long sanglot, tout chargé d'adieux ;     Et plus tard un... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 22:58 - Commentaires [6] - Permalien [#]

15 juillet 2004

Calme blanc

Pas un souffle.Voiles affalées.Pas une ride sur l'onde.Je pourrais presque voir le fond et les coraux si je me penchais sur le bastingage. Ils sont toujours étonnants ces moments, quand tout s'arrête, comme une transparence de cristal.On sent qu'il va se passer quelque chose sans savoir quoi.L'air prend une immobilité à laquelle on pourrait presque donner une couleur, une épaisseur, un poids, une douleur. Est-ce l'impression qu'ont les funambules lorsqu'ils s'arrêtent à mi-parcours, sur ce filin tendu entre deux rives ?A quoi... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 19:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 juillet 2004

Exercice imposé

C'était une erreur. Idée farfelue que celle d'imaginer que je pourrais, à la commande, dire ce qui n'est ni traduisible ni partageable.Pas de cette façon-là en tout cas.Je me demande même si j'en ai vraiment eu le désir. L'absence est comme un trou noir qui aspire tout inéluctablement.Plus je tente de l'approcher, plus elle se dérobe. J'envie ces carnets, ces blogs, pétillants d'humour et de légèreté.Les blogs des gens normaux. De ceux qui vivent, qui ont une vie, et qui savent la partager sans être lourds, pesants.On ne peut... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 11:23 - Commentaires [11] - Permalien [#]