Kotinos Ghost

... ou les fragments d'Oneiros Thanatos

"Je crois à s'arracher le coeur comme on dégoupille une grenade"

09 juillet 2004

Une veuve de papier

C'est le titre d'un livre de John Irving.
Et je me dis que je suis une veuve de mots, une veuve de verbe.
La vestale gardienne de montagnes de mails archivés, de lettres pieusement conservées.

Je vais tout relire ce week-end. Il faudra bien deux jours.

Et la semaine prochaine, emplie d'une mémoire qui n'a nul besoin d'être revivifiée, j'ouvrirai le seul et unique premier et dernier Festival mondial de Kotinos.
Il n'y aura pas de montées des marches, pas de paillettes, pas de flashs.
Il y aura juste toi.
Je n'écrirai que sur toi.
Ces cinq journées-là, elles te seront entièrement consacrées.
Pas une note qui ne parle de toi, entre les lignes ou pas.
Pas une note qui ne soit pas emplie de ce que je sais de toi.
Ces cinq journées-là, tu vas revivre ici. Dans mes mots.
Ces cinq journées-là, je ressusciterai l'ineffable et la magie.

En attendant, je m'offrirai de la danse, des étoiles et les vers du poète.
Je prend mon élan, je prend mon essor.
En attendant...

Attention ! Les commentaires doivent faire moins de 1000 caractères ! Sauvegardez avant l'envoi..."Ctrl A + Ctrl C" mon sauveur...!"
Posté par Oneiros à 17:44 - Agapè - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire