Kotinos Ghost

... ou les fragments d'Oneiros Thanatos

"Je crois à s'arracher le coeur comme on dégoupille une grenade"

08 juillet 2004

Se passer de soi

J'ai un poids en moins sur le coeur et je perd de nouveau l'équilibre.
J'ai un poids en moins, un poids qui ne m'oppresse plus d'angoisse et je me sens vide.
J'ai un poids en moins qui m'a fait me coucher à 3 heures 1/2 du matin alors que j'étais debout depuis les 9 heures, un poids qui a chassé le cauchemar récurrent de toutes mes nuits pour, ô miracle, m'offrir ce rêve d'une douceur infinie.
J'ai un poids en moins et, paradoxe ironique, voilà qu'il laisse un trou béant dans lequel peuvent s'engouffrer de nouveau les vents mauvais, les volutes brumeuses et reptiliennes, compagnes habituelles.

Décidemment... je change l'or en plomb quoi que je fasse.

C'est comme si le temps s'accélérait.
Je suis en retard.
J'ai lézardé, attendu malgré moi, tergiversé, ressassé indéfiniment.
Je me suis lassé de moi et de mon histoire ou de ma non-histoire.
J'ai perdu du temps. Comme un trou dans la poche qu'on découvre trop tard.
Je suis en retard.

Tiens ! Encore Char qui me revient en mémoire...

Tu es pressé d'écrire,
Comme si tu étais en retard sur la vie.
S'il en est ainsi fais cortège à tes sources.
Hâte-toi.
Hâte-toi de transmettre
Ta part de merveilleux de rébellion de bienfaisance.
Effectivement tu es en retard sur la vie,
La vie inexprimable,
La seule en fin de compte à laquelle tu acceptes de t'unir,
Celle qui t'est refusée chaque jour par les êtres et par les choses,
Dont tu obtiens péniblement de-ci de-là quelques fragments décharnés
Au bout de combats sans merci.
Hors d'elle, tout n'est qu'agonie soumise, fin grossière.
Si tu rencontres la mort durant ton labeur,
Reçois-là comme la nuque en sueur trouve bon le mouchoir aride,
En t'inclinant.
Si tu veux rire,
Offre ta soumission,
Jamais tes armes.
Tu as été créé pour des moments peu communs.
Modifie-toi, disparais sans regret
Au gré de la rigueur suave.
Quartier suivant quartier la liquidation du monde se poursuit
Sans interruption,
Sans égarement.

Essaime la poussière
Nul ne décèlera votre union.

"Hâte-toi de transmettre
Ta part de merveilleux de rébellion de bienfaisance."...
je n'aurais rien transmis de tout ça. Rien fait. Rien construit. Rien créé.
Inutile jusqu'au bout.

Ridicule, pathétique, pitoyable. Nulle.

Coupez.

Attention ! Les commentaires doivent faire moins de 1000 caractères ! Sauvegardez avant l'envoi..."Ctrl A + Ctrl C" mon sauveur...!"
Posté par Oneiros à 20:14 - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires

    hey...

    "je n'aurais rien transmis de tout ça. Rien fait. Rien construit. Rien créé."

    C' est renier ceux qui te lisent et qui comme ont été captés par ta griffe et continuent à te suivre....
    Ils sont nombreux.
    Leur nombre grossit lentement mais surement.
    Non ils n' ont pas de couteaux, mais des yeux.
    Pour suivre, voir, survivre....Vivre.
    Une vie par procuration sur le net, mais le net ne sert il pas à celà , s' échapper du réel ? Surtout quand ce réel en devient inintéressant.
    Le net est une gloire secrète. Notre gloire secrète.
    Posté par Nouilles, 08 juillet 2004 à 20:38
  • Festina lente...
    Posté par Trismosin, 08 juillet 2004 à 20:56
  • Regarder les étoiles

    Bonsoir,
    Je serais toi, j'irais casser une vitrine, juste pour voir, pour ressentir la sensation de faire quelque chose de provocant. Prendre des risques dans les mots est futile, mais agir, oh agir.
    Posté par damien, 08 juillet 2004 à 21:15
  • > Nouilles : ça n'est même pas de la survie. C'est de la non-vie. Crois-moi, il y a une différence. Quant à la gloire, secrète ou non, elle m'indiffère. Le net pour moi, c'est une dose de morphine ou d'héroïne. Evacuation des eaux usées, c'est tout.
    Mais je ne vous renie pas. Pour autant, je ne vous ai ni construits ni créés.

    > Trismosin : Rien ne presse, vraiment ? Quand la mort marche sur tes talons, tu as parfois envie de prendre tes jambes à ton cou et de la planter là avant qu'elle ne te plante sa faux dans le dos.

    > Damien : Agir et prendre des risques, je l'ai fait plus qu'à mon tour et je m'y suis brisé les reins. Je ne vois pas bien ce qu'il peut y avoir de provocant à descendre une vitrine de toutes façons...
    Posté par Oneiros Thanatos, 09 juillet 2004 à 01:15

Poster un commentaire