Kotinos Ghost

... ou les fragments d'Oneiros Thanatos

"Je crois à s'arracher le coeur comme on dégoupille une grenade"

06 juillet 2004

Plan B, plan de secours

'""'
   

La photo est de mauvaise qualité et ne rend pas hommage à la perfection de Noureev mais le mouvement est si beau que je n'ai pas pu résister...

Voilà... je vais attaquer le Cendrillon de Prokofiev qui fut l'une de ses dernières chorégraphies, avec Sylvie Guillem et Charles Jude, merveille totale d'invention portée par des interprètes hors du commun. Ça, couplé à l'Aspegic 1000, peut-être que ça marchera.
Il y "joue" l'équivalent de la fée, petit impresario habile et retors, qui donne à la vision de Cendrillon un goût de cendres dans la bouche... loin, loin, loin, la vision idéaliste de la citrouille et du conte de fée !
Ce qui l'attend comme avenir radieux, la petite souillon, c'est celui de devenir star d'Hollywood ! Son salut, c'est le contrat que la fée-impresario, cigare au bec et sourire carnassier du Rudolf plus moujik que jamais, finit par lui arracher parce que ses yeux à elle ont chaviré dans le regard du prince-acteur et qu'elle s'y est noyée corps et âme...
Le paraître, les paillettes, l'illusion, le mirage, la fiction... les voilà nos modernes "îles au trésor", nos miroirs aux alouettes...

Combien de cadavres d'alouettes au pied des remparts de pacotille ?
Combien de Nina, la Mouette de Tchekov ?

Je reste albatros.

Attention ! Les commentaires doivent faire moins de 1000 caractères ! Sauvegardez avant l'envoi..."Ctrl A + Ctrl C" mon sauveur...!"
Posté par Oneiros à 15:38 - Danse - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    "Souvent pour s'amuser, les hommes d' équipage
    Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
    Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
    Le navire glissant sur les gouffres amers...."

    Pourtant quand tu parlais de Cendrillon, j' ai repensé à cette foutue émission de télé réalité vue un vendredi soir sur la 6.
    Immonde Cendrillon modernisée.

    je termine sur un autre Charles.
    "Celui dont les pensers, comme des alouettes,
    Vers les cieux le matin prennent un libre essor,
    _ Qui plane sur la vie, et comprend sans effort
    Le langage des fleurs et des choses muettes !"
    Posté par Nouilles, 06 juillet 2004 à 16:07

Poster un commentaire