Kotinos Ghost

... ou les fragments d'Oneiros Thanatos

"Je crois à s'arracher le coeur comme on dégoupille une grenade"

21 juin 2004

Ni Túrin, ni Hagen...

... et pourtant, comme tu es obsédé à l'idée de porter la noirceur de l'un ou de l'autre, mon amour !
Quelque chose que je comprends sans me l'expliquer tant j'ai la même angoisse chevillée à l'âme.

Et dire que nous passions nos nuits à nous adjurer l'un l'autre d'un peu moins se mésestimer, d'un peu moins nous couvrir la tête de cendres ! Quelle ironie !
Et quel orgueil latent, rampant en nous, à se peindre en monstres flamboyants et mythiques... Túrin Turambar le maudit et Hagen le traître...

Je vais essayer de voir ce que donnent "Les Noces de Figaro" de Mozart sur Arte, même si je suis devenue infidèle au divin Amadeus à coups de Puccini, de Mussorgsky et de Wagner...
J'ai bien peur de m'impatienter assez vite et de ressortir Turandot ou la Khovantichina... par défi, par provocation, par bravade.

Mais qui donc vais-je provoquer à part le vide qui a pris toute la place en moi ?
Je sais maintenant que je vais perdre mon duel, baisser la garde avec un soupir de soulagement, comme dans mon cauchemar quand tu détournes les yeux.

Sans résignation pourtant.
Juste du soulagement, une impression de paix faite entre moi la lumineuse et moi la ténébreuse.
Aucune des deux ne gagnera.

Attention ! Les commentaires doivent faire moins de 1000 caractères ! Sauvegardez avant l'envoi..."Ctrl A + Ctrl C" mon sauveur...!"
Posté par Oneiros à 19:20 - Agapè - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire