Kotinos Ghost

... ou les fragments d'Oneiros Thanatos

"Je crois à s'arracher le coeur comme on dégoupille une grenade"

19 juin 2004

Cancer for the cure

Pourquoi est-elle arrivée juste au-dessus du coeur ?
Et pourquoi si brutalement ? Du jour au lendemain. Un mois après mon père.
Pourquoi cela m'a-t'il semblé être une évidence ?
Juste une légère surprise et l'acceptation immédiate. Comme dans mon cauchemar.
Petite boule silencieuse et patiente contre un poignard dans le noir.
Échange de mauvais procédés.
Cristallisation du cauchemar.
La nature se chargera donc du "sale boulot" si je ne décide pas de la devancer.
C'est bien. C'est logique. C'est "rond".
Il me suffit, au pire, d'attendre.
Je n'arrive pas à avoir peur même si je pars dans un inconnu qui d'habitude terrifie.
C'est ma bouée de noyade. Cachée, tue, maquillée mais je sais qu'elle est là comme l'a été le sac de billes des pilules du massacre.
De temps à autre, une pointe de tristesse mais pas plus.
Mais aussi et toujours un relent de culpabilité : comment souhaiter sans honte ce que tout le monde craint et redoute ?

Il ne s'est rien passé. Rien.
Immobilité du vide.
Le vide en moi.
Le vide tout autour d'elle qui va grandir dans le temps divisé, en moi.
Perpétuation, continuation du silence.
Sentence acceptée.

Attention ! Les commentaires doivent faire moins de 1000 caractères ! Sauvegardez avant l'envoi..."Ctrl A + Ctrl C" mon sauveur...!"
Posté par Oneiros à 02:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire