Kotinos Ghost

... ou les fragments d'Oneiros Thanatos

"Je crois à s'arracher le coeur comme on dégoupille une grenade"

13 juin 2004

Pénible bilan...

Je m'y attendais mais pas à ce point !
Travailler dans la tension, mais une tension qui n'est pas inhérente au travail en lui-même, une tension extérieure, c'est diaboliquement difficile.

J'ai toujours aimé travailler dans l'urgence, il y a une forme de vertige, de fièvre assez agréable. Encore faut-il que l'on axe toute sa concentration sur la tâche à accomplir.
Or là, tout le problème réside dans le fait que je n'arrive pas à me concentrer sur ce que je fais. Ou pas sur la longueur.
Je décroche, mon esprit prend la clé des champs à tout instant.

Demain, je vais devoir me couper encore plus de l'extérieur si je veux finir ça.
Pas de mails, pas d'Internet. Je m'autorise juste de la musique. Et encore ! Pas trop fort, pas trop poignant, rien qui puisse faire affluer des réminiscences ou des souvenirs...

Et je ne suis même pas certaine d'y parvenir !
Se coucher tôt. Lire un peu, HoME IX pour m'aérer l'esprit. Se lever tôt. Magnésium, vitamine C. Thé vert à la menthe.
Il faudrait surtout que je trouve une certaine joie dans ce que je fais. Une forme de plaisir.
Sinon, ce sera vraiment très dur !

Toujours cet hivernage de la pensée occupée d'un seul être.
Je n'aurais jamais imaginé que ça en devienne obsessionnel à ce point. De l'ordre de la pathologie, du handicap, de la tare.
Je comprends tellement bien ulysses quand il dit que de travailler est parfois comme une bouée de secours pour cesser de tourner autour de sa douleur ! Et je l'envie terriblement d'y parvenir encore... Je n'ai même plus cette force, cette volonté, cette discipline-là... ou au moins, juste cette faculté.

Nota : tiens ! Il y a du y avoir de la maintenance sur le site car j'ai perdu les posts de la nuit dernière ! Heureux hasard pour une fois ! La deuxième bouteille de Sylvaner ayant toujours tendance à me pousser dans mes humeurs les plus noires et leur transcription inutile !

Attention ! Les commentaires doivent faire moins de 1000 caractères ! Sauvegardez avant l'envoi..."Ctrl A + Ctrl C" mon sauveur...!"
Posté par Oneiros à 18:55 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    ouh ben !

    merci de me citer ! quoique... dés mercredi, le boulot s'arrête, et... des choses vont remonter à la surface, d'autres vont décanter. courage !
    Posté par ulysses, 13 juin 2004 à 22:38
  • Oops !

    Courage ? Quoi ça ? Je ne sais même plus la couleur que ce truc peut bien avoir...

    Oui... je sais... j'avais dit que je me couchais tôt... Plus facile à dire qu'à faire.
    Se coucher n'étant évidemment pas le problème (ça, je sais encore faire) mais dormir, c'est une autre paire de manches !

    Allez... j'essaie à nouveau. Poser la tête sur mon oreiller, la main sur le sien, fermer les yeux et lui sourire avant de sombrer... ça va marcher... il faut que ça marche !
    Posté par Oneiros Thanatos, 14 juin 2004 à 01:07

Poster un commentaire