Kotinos Ghost

... ou les fragments d'Oneiros Thanatos

"Je crois à s'arracher le coeur comme on dégoupille une grenade"

06 juin 2004

Des argentins, des cerises et des oeillets...

 

 

D-Day's end...

Deux argentins en larmes pour des raisons diamétralement opposées.
N'empêche qu'ils ont eu le bon goût de faire durer le plaisir car après les deux premiers sets fantomatiques, je redoutais le pire si, le match se terminant trop tôt, je m'étais retrouvée dans le piège du tête-à-tête larmoyant...

Une quinzaine de cerises, tièdes parce que restées trop longtemps sur la table de la cuisine. Tant mieux, elles n'en étaient que plus parfumées. Et puis, c'étaient les premières.... les meilleures !

Vingt-deux  oeillets blancs divinement parfumés qui embaument mon bureau à l'instant où j'écris.

Trente euros que j'ai trouvé glissés dans mon sac, heureusement avant que de quitter la maison familiale, et que j'ai donc pu retirer et reglisser cette fois-ci sous la coupe de cerises avec un petit billet doux pour la donatrice. Doux mais ferme... "Non, Maman, je n'ai besoin de rien... ne t'inquiète pas pour moi". 

Trente-huit kilomètres aller-retour sous le soleil et en écoutant très fort "Closer" de NIN.

420 minutes à donner et réussir ma représentation du "Tout va bien".
Applaudissez l'artiste !

Une nuit pour ne pas dormir et attendre que les heures assassines s'écoulent tels les grains de sable dans le sablier de Thanatos... 

Attention ! Les commentaires doivent faire moins de 1000 caractères ! Sauvegardez avant l'envoi..."Ctrl A + Ctrl C" mon sauveur...!"
Posté par Oneiros à 23:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire