Kotinos Ghost

... ou les fragments d'Oneiros Thanatos

"Je crois à s'arracher le coeur comme on dégoupille une grenade"

31 mai 2004

Pour se faire du bien...

  Alors pour Sabrina,Pour la robe blanche à broderies noires qu'elle y porte et que je rêverais d'avoir,Pour l'affiche de "Breakfast at Tiffany's", le fourreau noir, les gants longs et le porte-cigarette interminable qui souligne encore l'insolence juvénile du sourire,Pour la Marian de Robin dans "La Rose et la Flèche" de Richard Lester avec Sean Connery,Pour l'élégance,Pour les vespas romains,Pour la douche tout habillé de Cary Grant sous ses yeux ébahis dans "Charade" de Stanley Donnen, film cultissime et ébouriffant... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 23:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 mai 2004

Corps et cris...

    "Les lobes du cerveau ne sont pas infinis, l'infini non plus, mais il dure ! Je connais un état de l'esprit, de la conscience, de l'être, et qu'il n'y a plus ni paroles ni lettres mais où l'on entre par les cris et les coups. Et ce ne sont plus des sons ou des sens qui sortent, plus des paroles, mais des CORPS !" Antonin Artaud
Posté par Oneiros à 18:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 mai 2004

Envie de beauté brune

  A la Fête de la Rose, hier, on a baptisé une de ces fleurs du nom de Fanny Ardant.D'après ce que j'en sais, il semblerait aussi que cette même fleur ait été sacrée plus belle rose de France... Bizarrement, je m'attendais à ce qu'elle soit d'un rouge écarlate, sanglant... ardent, quoi ! Comme la bouche de la somptueuse en question.Et bien non ! Elle est d'un rose tendre très pâle, un rose de rêve, à peine ourlée d'une teinte plus soutenue, au coeur d'un blanc rosé... une perfection de délicatesse ! Je trouve ça rassurant... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 14:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 mai 2004

Perspex Dome (1)

Elle avait fait de l'inutile la trame de son existence.Comme un fil conducteur invisible.La principale difficulté était de n'en rien laisser sourdre à l'extérieur du dome de verre derrière lequel elle observait le monde disparaître, pan après pan.Toute son énergie, soit le peu qui en subsistait, était concentrée sur cette subtile partie de camouflage. Parfois, elle s'autorisait une forme de récréation, de pause.Plonger son regard dans le jade liquide du sphinx noir et or qui partageait sa réclusion. Y puiser un repos... [Lire la suite]
Posté par Oneiros à 12:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]