Kotinos Ghost

... ou les fragments d'Oneiros Thanatos

"Je crois à s'arracher le coeur comme on dégoupille une grenade"

29 mai 2004

Gurthang, la lame qui me parle....

 

Ou comment les légendes vous distraient pitoyablement (au sens étymologique du terme.... les légendes sont toujours moins cruelles que la réalité) de vos spirales descendantes autant qu'intimes....

Gurthang l'Epée noire, anciennement Anglachel, sculptée dans un astéroïde (tiens ?) : « Oui, je boirai ton sang avec joie pour oublier le sang de Beleg, mon maitre, et le sang de Brandir, tué injustement. Je te tuerai promptement ».

Et oui aussi, c'est bien Glaurung, père de tous les dragons, qui agonise derrière... il n'y a pas que moi qui les vainc en rêve... Turín, mon frère d'armes, m'avait précédée.

 

Suite à une note trouvée ailleurs qui clamait sa fascination pour la geste de Turín, le Narn i Hín Hurín, je suis repartie voir le site de John Howe , illustrateur parmi les plus célèbres (et à juste raison) de Tolkien, résidant Suisse (aussi...). Je me suis évadée et "allégée" à contempler sa vision de la Terre du Milieu et de la cosmogonie tolkienienne... comme toujours.
Son dernier livre est à la tête de mon lit. C'était mon cadeau de Noël 2003, dédicacé de la main de l'auteur.... il avait attendu des heures pour l'obtenir, la précieuse signature...

Ou comment, ironiquement, sortir provisoirement des sables mouvants sur fond d'histoire de malédiction, de meurtres, de suicides...

D'ailleurs, et tant que j'y suis, je précise à "Tout est nul" que Tolkien a toujours dit qu'il s'était largement inspiré de l'histoire de Kullervo, heros du Kalevala finnois (comme aussi très probablement de l'histoire d'Oedipe et de Sigurd) dans ses "Letters", toujours pas traduites en français mais ça ne saurait tarder...

La vie a parfois des détours insoupçonnés pour vous rattraper par la manche.

Turín et son destin et sa fin, encore un reflet... décidemment, le monde est vraiment aussi morbide que rond....

Et avec la Lune Noire en Bélier et en Maison 3, ma fascination pour les armes blanches était déjà écrite....

Le problème, c'est que tout est éphémère.
Bulle de savon picturale et mythologique. A quelle heure vas-tu m'éclater à la figure en brumisation irisée ou sanguinolante ? Dans combien de temps ? Combien de minutes ? Combien de secondes ?

Are we blessed or are we cursed ?

Attention ! Les commentaires doivent faire moins de 1000 caractères ! Sauvegardez avant l'envoi..."Ctrl A + Ctrl C" mon sauveur...!"
Posté par Oneiros à 20:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire