Kotinos Ghost

... ou les fragments d'Oneiros Thanatos

"Je crois à s'arracher le coeur comme on dégoupille une grenade"

27 mai 2004

Où lit-on ?

J'ai tenté une aventure à la Indiana Jones, cet après-midi.... je suis allée lire sur mon balcon !

Si, si...

Initiative hasardeuse qui m'a valu confirmation de quelque chose que j'avais déjà remarqué mais sans y avoir vraiment réfléchi : on ne lit pas n'importe quoi n'importe où.

Pour la Fantasy, c'est très clair : le bruit même assourdi de la circulation, les murmures urbains, c'est formellement proscrit quand on se lance dans ce genre de lecture.
La bulle qu'on se construit en pénétrant un monde imaginaire, une créance secondaire, est finalement plus fragile qu'il n'y paraît.
Autant le Royaume des Sept Couronnes était d'une réalité diabolique, lovée dans mon lit, volets à demi-baissés, autant il devenait indistinct, s'évanouissant par bribes, comme s'il était happé par une brume dès que j'ai voulu le lire à l'extérieur.
Je ne parvenais pas à le faire vivre de façon constante, solide.
Quoique ce ne soit pas forcément l'extérieur qui soit coupable mais plutôt la qualité du dit-extérieur. Il faudrait que j'essaie d'aller le lire en montagne pour vérifier ça...

Mais si j'essaie de remonter dans mes souvenirs de lecture, je dois bien avouer qu'aucun qui soit marquant n'a trouvé son décor à l'extérieur.
Les plus forts se sont toujours passés la nuit, également.
Et s'il ne fait pas nuit, je me souviens avoir déjà baissé les rideaux à blocs et allumé des bougies en plein jour, un plein jour d'été éclatant de soleil, pour pouvoir plonger dans le Silmarillion ou la geste de Tùrin ou le lai de Luthien.

Donc : un lit ou le fauteuil de la cheminée pour les lieux. Temps gris ou nuit pour l'ambiance.

Mais pour les autres lectures, je n'ai jamais rencontré ce problème. J'ai toujours deux bouquins dans mon sac au cas où je me retrouverais coincée dans une salle d'attente bondée, deux dans la voiture pour les mêmes raisons... on ne sait jamais...
Et je n'ai jamais de mal à rentrer dans "Le partage de midi" de Claudel ou "Bérénice" de Racine si je suis obligée d'attendre dans ma R5 !
Pourtant, a priori, il est aussi difficile de faire vivre Mesa et Ysé ou la Rome antique et Antiochus que la Terre du Milieu ou des dragons, non ?

Attention ! Les commentaires doivent faire moins de 1000 caractères ! Sauvegardez avant l'envoi..."Ctrl A + Ctrl C" mon sauveur...!"
Posté par Oneiros à 23:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire