Kotinos Ghost

... ou les fragments d'Oneiros Thanatos

"Je crois à s'arracher le coeur comme on dégoupille une grenade"

25 mai 2004

Un fil d'or, trois fils de jais...

Dans ta table de nuit, il y a une enveloppe dans laquelle tu conserves cet unique cheveu de moi que tu as longtemps cherché sur le lit que j'avais déserté. Tu en avais coupé un bout que tu avais avalé pour me porter en toi.
Lorsque, des jours après, tu m'avais écrit pour me l'avouer, j'en avais été suffoquée tant je n'aurais jamais imaginé qu'un geste pareil te vienne à l'esprit.

A la tête de mon lit, il y a une petite boîte ronde d'argent, de nacre et d'ébène dans laquelle j'ai mis les trois cheveux de toi que tu m'avais envoyé suite à cet aveu si bouleversant d'ingénuité et de passion, par défi, par pirouette...
Je me souviens avoir eu la peur de ma vie parce que trop pressée d'ouvrir ta lettre, je les ai découvert sous le porche venteux de mon immeuble et que j'ai tremblé à l'idée d'en perdre un, arraché par une bourrasque sarcastique.

Ce soir, je ne parviens plus à respirer, comme quand j'ai lu ton aveu. J'ai des étoiles qui dansent devant les yeux et ce ne sont plus celles d'Elbereth.
La souffrance est là qui me coupe le souffle. Le crabe montre ses pinces hideuses et rugit en moi.
Piètre dompteuse.
Roulée en boule. Feindre l'indifférence. Attendre que le monstre se lasse de griffer le vide que je suis.
Bercer ma douleur.
Caresser le mal.
Comme si c'était un chat sauvage.
Et tenter de l'amadouer. Un peu. Juste un peu.

"Tu seras la dernière cartouche
Dans une cave de salpêtre
Avec l'oreille de l'amour
Ton echo dans le coeur".

Attention ! Les commentaires doivent faire moins de 1000 caractères ! Sauvegardez avant l'envoi..."Ctrl A + Ctrl C" mon sauveur...!"
Posté par Oneiros à 22:31 - Agapè - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire