Kotinos Ghost

... ou les fragments d'Oneiros Thanatos

"Je crois à s'arracher le coeur comme on dégoupille une grenade"

23 mai 2004

Paralysie

Voilà plus de 15 jours que j'ai un travail à faire.
Plus d'un mois que je me suis engagée à le faire. Moralement.

Et j'en suis incapable.
Pas incapable de le faire mais incapable de faire autre chose que de ne rien faire, justement. Ne plus bouger un cil. Ne plus agir. Ne plus exister.

Ça n'est pas de la paresse ou de la fatigue.
C'est un sentiment d'obscénité totale à entamer quelque chose qui ne soit pas tourné vers lui, à m'engager dans une démarche qui puisse m'apporter quelque chose ou être constructive et donc projettée vers un avenir qui me fait horreur et que je ne peux même pas concevoir sans y voir une lâcheté insurmontable.

C'est arrivé à un stade tel que je n'arrive plus à ouvrir mon courrier sans être secouée de nausées. Comme si le geste-même était une trahison envers moi-même.
Cela fait plus d'un an que je ne n'ouvre que les recommandés, contrainte et forcée.
Ou les lettres de ma mère dont je reconnais l'écriture de plus en plus difficile. Et encore ! Faut-il qu'elle ait laissé un message sur mon répondeur pour me signaler qu'elle m'avait écrit ! Elle commence à se méfier !

Cette nuit sera donc vraissemblablement un enfer parce que je vais le faire, ce satané boulot. Par culpabilité. Pas par envie, pas par désoeuvrement, pas par ennui.
Une fois de plus, toujours et encore, par culpabilité.
Sans plaisir. Dans la panique et l'affolement.

Et je sais aussi que si j'écris ce billet, c'est dans l'espoir dérisoire qu'il sera une telle gifle que ça réveillera ne serait-ce qu'un soupçon de dignité en moi.

C'est comme si j'étais sortie de mon corps et que je regardais ce pauvre pantin désarticulé que je suis devenue, sans aménité, sans complaisance, le haïssant d'être devenu une loque, le méprisant pour son manque d'énergie et de courage, jouissant du spectacle de sa destruction parce que c'est la seule chose qui arrive à me réjouir tant je le déteste.
Je ne pensais pas qu'il était possible de se haïr au point de ressentir pour soi autant d'abjection. Totalement et absolument. 
Comme d'avoir conscience d'en être le seul maître d'oeuvre.

The Downward Spiral...

Attention ! Les commentaires doivent faire moins de 1000 caractères ! Sauvegardez avant l'envoi..."Ctrl A + Ctrl C" mon sauveur...!"
Posté par Oneiros à 17:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire