Kotinos Ghost

... ou les fragments d'Oneiros Thanatos

"Je crois à s'arracher le coeur comme on dégoupille une grenade"

21 mai 2004

Casser l'image-cage...

 

 

"A travers mon corps, je sais qui je suis.
Au départ, être nue était un jeu afin de montrer une autre image de la danseuse, créature qu'on ne s'attend pas à voir avec une caméra entre les jambes. Ces photos sont au plus près ce que je pense de moi.
Un journaliste, un photographe, ou même un ami n'obtiendra jamais qu'une infime partie de ce que je suis, et encore va-t'il interpréter ce qu'il a cru saisir.
Beaucoup pensent que cette manière de me montrer est choquante.
Moi pas. Je me trouve plus naturelle que sexuelle.
Peut-être est-ce l'exhibitionnisme des timides qui, quand ils se lâchent, ne font pas semblant.
Remercier sans être sincère, c'est nul.
Il fallait bien que je remercie ce corps qui m'a bien servie. Je suis fière de lui. Derrière cette sculpture, il y a des heures d'entraînement."

Sylvie Guillem - Février 2004
Nota 1 : Cette photo, comme celle d'hier, EST de Sylvie Guillem
Nota 2 : La phrase en caractères gras, c'est moi qui souligne, comme Nina Berberova. CQFD...

Attention ! Les commentaires doivent faire moins de 1000 caractères ! Sauvegardez avant l'envoi..."Ctrl A + Ctrl C" mon sauveur...!"
Posté par Oneiros à 17:44 - Danse - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire