Kotinos Ghost

... ou les fragments d'Oneiros Thanatos

"Je crois à s'arracher le coeur comme on dégoupille une grenade"

20 mai 2004

En silence...

Kotinos, ô mon Gaius, j'aurais voulu te connaître lorsque tu avais 6 ou 8 ans.

Cet âge où l'on n'est plus seulement une éponge sensorielle toute tournée vers les autres, dépendante de l'amour qu'on a ou qui nous manque, assoiffée d'échanges.
Cet âge où on prend conscience d'être une monade indépendante, autonome. Quand on commence à comprendre que l'on est soi. Qui l'on est.

Comme tu as du vite te cacher !
Cette étrange précocité, comme elle a du te compliquer la vie.
Je me demande parfois si ce n'est pas l'art du masque qui nous a fait nous reconnaître, l'un l'autre.
Pas ce que l'on cachait et qui était différent. Mais cette habitude prise si tôt de dissimuler qui l'on est.
Nos silences, ce que l'on taisait, nos non-dits et cette farouche détermination à ne jamais laisser quiconque pénétrer le donjon où l'on se tenait.
C'est sûrement pour ça qu'on s'est tout dit et que nous sommes, l'un pour l'autre, les uniques dépositaires de nos secrets les plus intimes, de nos insondables abysses.

Nos silences.
On en revient toujours là.
Cet inquiétant mutisme qui nous prend, qui nous laisse étrangers à nous-mêmes et aux autres, cette angoisse devant l'excès de soi mais aussi le vide de soi.
Jamais entre nous le silence ne fit jaillir cette forme d'inquiétude.
Au contraire.
C'est une gémellité parfaite qu'il fit naître.
Nous deux contre le monde entier.

L'épaisseur de nos silences acceptés et compris, instinctivement.
Ce silence que je me souviens avoir vu battre à tes tempes, au rythme de ton sang et dans ton regard confiant que noyait l'ombre de la nuit.
Toucher ton silence, baiser tes lèvres muettes, regarder tes yeux clos.
La caresse de nos silences qui se frôlaient précautionneusement et amoureusement.

J'aurais voulu te connaître hors de l'espace-temps.
En silence.

Attention ! Les commentaires doivent faire moins de 1000 caractères ! Sauvegardez avant l'envoi..."Ctrl A + Ctrl C" mon sauveur...!"
Posté par Oneiros à 16:40 - Agapè - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire